Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Images de la page d'accueilBandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer
Bulletin d'inscription

Le sélectif

Le sélectif est accessible à partir de 24 mois aux chiens titulaires d’un 3ème degré qualificatif excellent et  comporte 5 épreuves :

    A) Travail au sol
    B1) Une épreuve de rapport
    Bx) Une épreuve de rapport
    Cx) Une épreuve d'apport
    Dx) Une épreuve tirée au sort parmi les exercices non tirés en Bx ou Cx

Un seul essai est autorisé pour tous les exercices.

A. TRAVAIL AU SOL

1- Suite sans laisse

Présentation au juge. Départ en position assis, marche sur 50 mètres avec deux changements de direction, un à droite, un à gauche, suivis d’un demi-tour en bout de ring, puis «halte assis» après quelques mètres. Le conducteur doit marcher normalement, le chien à main gauche, l’encolure à hauteur du genou.

2- Positions à distance

Le conducteur s'éloigne de 10 mètres et fait face à son chien qui est en position assise. Le juge se place derrière le conducteur et lui donne à l'oreille trois positions, soit une de chaque : Assis, Couché, Debout. L’ordre des positions est tiré au sort au début de l’épreuve et reste le même pour tous les concurrents.

N.B. : le chien ne doit pas avancer au moment du changement de position pour rejoindre son conducteur. Une marque, au sol, sera positionnée à un mètre cinquante (1.50m) devant le chien; si le chien dépasse cette marque il aura la note zéro à l’exercice. Les ordres peuvent être donnés de la voix ou du geste. Le juge notera en conséquence.

3- Rappel au pied

Le conducteur met son chien en position «couché» et s'éloigne de 30 mètres. Il fait face au chien, puis sur ordre du juge, le rappelle au pied. A la hauteur de son conducteur, le chien se place en position assise, à gauche de celui-ci.

4- Absence du conducteur

Le conducteur met son chien dans la position «couché» à l'endroit indiqué par le juge et s'éloigne hors de la vue du chien pendant une minute. Sur ordre du juge, il retourne vers son chien. Personne ne doit aller perturber le chien pendant son exercice.

N.B : le chien ne doit pas changer de position pendant la minute d'absence, ni au retour du conducteur avant la fin de l'exercice décidée par le juge.

B. Epreuves de rapport

Les chiens effectueront deux épreuves de rapport : B1 et une tirée au sort parmi B2, B3, B4 ou B5. L'épreuve tirée au sort sera la même pour tous les chiens d'une même manifestation.

B1) Rapport d'un nageur inanimé (départ canot, rapport au canot)

Le chien et le conducteur embarquent sur un canot, un plongeur sur un autre canot. Les deux canots s'éloignent d'au moins 30 m du rivage, à une distance de 30 m l'un de l'autre. Le plongeur tombe à l'eau et reste inerte, le canot d'où il est tombé s'éloigne. A l'initiative du chien ou au commandement de son conducteur, le chien plonge et se dirige vers le "noyé", lui saisit le bras ou le poignet. Il doit ramener le "noyé" au canot à bord duquel se trouve son conducteur. "Noyé" et chien sont remontés à bord.

Bx) Epreuve de rapport Bx

B2) Rapport de deux nageurs en difficulté (départ de la rive)

Le chien se tient près de son conducteur au bord de l’eau. Deux plongeurs embarquent sur un canot et sont largués à 30 m du rivage, à une distance de 30 m environ l’un de l’autre. Les deux plongeurs se débattent, simulent l’affolement et appellent le chien sans jamais prononcer son nom. A l’initiative du chien ou au commandement du conducteur, le chien se dirige vers les nageurs. Lorsque le chien a parcouru 5 mètres dans l’eau, le juge donne l’ordre à un des plongeurs de se tenir allongé inerte. Le chien se dirige alors vers le nageur qui se débat celui-ci s’accroche au harnais du chien qui se dirige vers le plongeur inerte. Arrivé à la hauteur de ce dernier, le chien lui saisit le bras ou le poignet et ramène les deux plongeurs à terre.

B3) Rapport d'un bateau à la dérive (départ de la rive)

Un canot est laissé à la dérive à une distance de 30m du rivage, un cordage pendant dans l’eau. Le chien se tient près de son conducteur au bord de l’eau. Sur ordre du conducteur, il doit partir aussitôt et nager jusqu’au canot laissé à la dérive. Il doit le contourner jusqu’à ce qu’il trouve le cordage. Il prend l’extrémité du cordage dans la gueule et ramène le canot jusqu’au rivage. Lorsque le chien a fait deux tours autour du bateau sans prendre le bout, le juge met fin à l’exercice.

B4) Rapport d'un noyé sur un matelas pneumatique (départ de la rive)

Un plongeur inanimé est allongé sur un matelas pneumatique, les bras pendants, à 30m du rivage. Il reste parfaitement immobile et ne doit pas appeler le chien qui se tient près de son conducteur au bord de l'eau. Sur ordre du conducteur, le chien doit partir aussitôt, nager jusqu'au matelas où est allongé le plongeur, prendre dans la gueule un bras de ce dernier. Le chien ramène le plongeur sur le matelas jusqu'à la rive.

 

B5) Plongeur inanimé à l'insu

Le conducteur et son chien se tiennent au bord de l’eau, dos à la rive.
Un bateau est placé à 30m du bord, le bout d’amarrage est laissé à l’avant dans l’eau. Un plongeur se tient inanimé derrière le bateau. Sur ordre du conducteur, le chien part à la recherche du plongeur. Arrivé à la hauteur de ce dernier, le chien lui saisit le bras ou le poignet et ramène le plongeur à terre.
Le juge devra interrompre l’exercice si la durée de recherche dépasse 5 minutes, de même si le chien saisit le bout du bateau.


N.B. : Pour tous les exercices de rapport à terre, il est toléré que le chien lâche dès qu’il a pied.

C. Epreuves d’apport Cx

Les chiens effectueront une épreuve d’apport tirée au sort parmi les 5 épreuves C du programme du sélectif. Les épreuves tirées au sort seront les mêmes pour tous les chiens d’une même manifestation.

C1) Apport d'un cordage

Le conducteur embarque avec son chien dans le bateau, le bateau stoppe à 30 mètres du bord parallèle à la rive, le conducteur envoie son chien en direction de la rive ou se tient le plongeur qui appelle le chien sans prononcer son non, quand il a patte le plongeur lui donne le cordage en gueule, le chien doit repartir et apporter le cordage à son maître qui se trouve toujours dans le bateau (attention au conducteur du bateau qui ne doit pas dériver).

C2) Apport d'un cordage (de canot à canot)

Le chien embarque avec son conducteur sur un des deux canots. Les deux canots s’éloignent, parallèlement, d’environ 30m du rivage, à une distance de 30m l’un de l’autre et stoppent. Sur ordre du conducteur, le chien se saisit du cordage et nage aussitôt vers le deuxième canot. Le plongeur du deuxième canot appelle le chien, sans jamais prononcer son nom. A l’arrivée de ce dernier au canot le plongeur prend le cordage et monte le chien à bord.

C3) Apport d'une bouée de sauvetage (départ de la rive) et remorquage au bateau

Un canot embarque un plongeur et effectue 30m. Il largue le plongeur qui simule l’affolement et appelle le chien sans jamais prononcer son nom. Le canot s’éloigne parallèlement à la rive à 25 mètres du plongeur. Le chien se tient à côté de son conducteur au bord de l’eau. A l’initiative du chien ou au commandement de son conducteur, le chien doit partir aussitôt, se saisir de la bouée, et nager vers le “noyé”. Le chien doit apporter la bouée au plongeur. Ce dernier se glisse dans la bouée et s’accroche au harnais. Le deuxième plongeur, passager du bateau, appelle alors le chien sans jamais prononcer son nom. Le chien ramène le plongeur au bateau. Plongeur et chien sont remontés à bord.

C4) Apport d'une bouée de sauvetage (départ canot, rapport au canot)

Le chien et le conducteur embarquent sur un canot, un plongeur sur un autre canot. Les deux canots s’éloignent d’au moins 30m du rivage, à une distance de 30 m l’un de l’autre. Le plongeur tombe à l’eau, simule l’affolement et appelle le chien sans jamais prononcer son nom. Le canot, d’où est tombé le plongeur, s’éloigne. Le conducteur lance une bouée de sauvetage entre le canot et le “noyé”. A l’initiative du chien ou au commandement de son conducteur le chien saute et nage jusqu’à la bouée, la prend dans la gueule et l’apporte au plongeur. Le chien doit donner la bouée au plongeur. Le plongeur se glisse dans la bouée et s’accroche au harnais. Le chien ramène le plongeur au bateau. Plongeur et chien sont remontés à bord.

C5) Apport de bateau

Un canot embarque un plongeur et effectue 30m. En panne moteur le plongeur appelle à l’aide. Le chien se tient à côté de son conducteur au bord de l’eau. Sur ordre du conducteur, le chien se saisit du bout d’amarre à l’avant du bateau de secours et nage aussitôt vers le deuxième canot. Le plongeur du deuxième canot appelle le chien, sans jamais prononcer son nom. A l’arrivée de ce dernier au canot le plongeur prend l’amarre du bateau de secours et monte le chien à bord.

D. Epreuves d’apport Dx

Une épreuve tirée au sort parmi les épreuves Bx et Cx qui n’ont pas déjà été tirée au sort.


En cas d’échec à un exercice, la possibilité de finir l’épreuve est autorisée pour comptabiliser ses points pour la sélection à la Coupe de France.

Notation

Les épreuves du Sélectif seront notées sur 100 points répartis ainsi :

    A) Sol : 20 points
    B1) Rapport d'un nageur inanimé : 20 points
    Bx) Rapport tiré au sort : 20 points
    Cx) Apport tiré au sort : 20 points
    Dx) Epreuve tiré au sort : 20 points

Le chien ayant obtenu la note 0 à un exercice pourra, si son conducteur le désire, continuer les exercices suivants, mais ne pourra prétendre ni à un qualificatif, ni à un classement. Cependant il sera interrompu dans l’hypothèse d’un deuxième échec. Il conservera le bénéfice de ses points pour sa sélection au championnat de France.

 

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus