Brevet mer

brigand-mer

Le Brevet de Sauvetage en Mer est la consécration de la “phase d’apprentissage” que constituent les 1er, 2ème et 3ème Degrés. Seul un chien ayant reçu un entraînement sérieux et fréquent durant plusieurs mois pourra prétendre au Brevet de Sauvetage en Mer.

Il est accessible à partir de 24 mois aux chiens titulaires d’un 3ème degré qualificatif excellent, le chien sera présenté avec son harnais, sans collier ni laisse. Le Brevet de Sauvetage en Mer comporte 5 épreuves :

  • A – Nage d’endurance
  • B – Deux épreuves de rapport
  • C – Deux épreuves d’apport

Un seul essai est autorisé pour tous les exercices.

A – Nage d’endurance (éventuellement collective) : Les chiens et conducteurs embarquent sur les canots qui s’éloignent et stoppent à 50 m environ de la côte. Sur ordre des conducteurs les chiens plongent. Si le chien est aidé il en sera tenu compte dans sa notation. Les canots s’éloignent vers le large, les chiens doivent suivre leur canot pendant une durée de 30 minutes. A la fin du temps prévu l’exercice est terminé soit par un retour à la rive, soit en remontant les chiens à bord.

N.B. : Il est rappelé que le juge a toute autorité pour interrompre la natation d’un chien montrant des signes de fatigue ou d’essoufflement excessifs.

B – Épreuves de rapports :Les chiens effectueront deux épreuves de rapports : B1 et une tirée au sort parmi B2, B3, B4 ou B5. L’épreuve tirée au sort sera la même pour tous les chiens d’une même manifestation.

B1 – Rapport d’un nageur inanimé (départ canot, rapport au canot)

  • Le chien et le conducteur embarquent sur un canot, un plongeur sur un autre canot. Les deux canots s’éloignent d’au moins 50 m du rivage et à une distance de 50 m l’un de l’autre. Le plongeur tombe à l’eau et reste inerte, le canot d’où il est tombé s’éloigne. A l’initiative du chien ou au commandement de son conducteur le chien plonge et se dirige vers le “noyé”, lui saisit le bras ou le poignet. Il doit ramener le “noyé” au canot à bord duquel se trouve son conducteur. “Noyé” et chien sont remontés à bord.

B2 – Rapport de deux nageurs en difficulté (départ de la rive)

  • Le chien se tient près de son conducteur au bord de l’eau. Deux plongeurs embarquent sur un canot et sont largués à 50 m du rivage et à une distance de 30 m environ l’un de l’autre, l’un des plongeurs est inerte, l’autre se débat, simule l’affolement et appelle le chien sans jamais prononcer son nom. A l’initiative du chien ou au commandement du conducteur le chien se dirige vers le nageur qui se débat, celui-ci s’accroche au harnais du chien qui se dirige alors vers le plongeur inerte. Arrivé à sa hauteur le chien lui saisit le bras ou le poignet. Le chien ramène les deux plongeurs à terre.

B3 – Rapport d’un planchiste sur sa planche (départ de la rive)

  • Le chien se tient près de son conducteur au bord de l’eau. Un planchiste se trouve en difficulté (planche gréée) à 50 m du rivage. Sur ordre du conducteur le chien part aussitôt et nage vers le planchiste. Ce dernier, sur sa planche à voile, appelle le chien sans jamais prononcer son nom, donne l’extrémité d’un cordage au chien qui s’en saisit. Il ramène alors jusqu’au rivage le planchiste et sa planche à voile.

B4 – Rapport d’un bateau à la dérive (départ de la rive)

  • Un canot remorque un autre canot à une distance de 50 m du rivage, le second canot est laissé à la dérive, un cordage pendant dans l’eau. Le premier canot revient au rivage, le chien se tient près de son conducteur au bord de l’eau. Sur ordre du conducteur il doit partir aussitôt et nager jusqu’au canot. Il doit le contourner jusqu’à ce qu’il trouve le cordage. Il prend alors l’extrémité de la corde dans la gueule et ramène le canot jusqu’au rivage.

    Lorsque le chien a fait deux tours autour du bateau sans prendre le bout, le juge met fin à l’exercice.

B5 – Rapport d’un noyé sur un matelas pneumatique (départ de la rive)

  • Un plongeur inanimé est allongé sur un matelas pneumatique, les bras pendants, à 50 m du rivage. Il reste parfaitement immobile et ne doit pas appeler le chien, celui-ci se tient près de son conducteur au bord de l’eau. Sur ordre du conducteur, il doit partir aussitôt, nager jusqu’au matelas, prendre dans la gueule un bras du plongeur et ramener la personne et le matelas jusqu’à la rive.

N.B. : Pour tous les exercices de rapport à terre, il est toléré que le chien lâche dès qu’il a pied.

C – Épreuves d’apport : Les chiens effectueront deux épreuves d’apport  tirées au sort parmi les 4 épreuves C du Brevet de sauvetage en mer. Les épreuves tirées au sort seront les mêmes pour tous les chiens d’une même manifestation.

C1 – Apport d’un cordage (départ de la rive)

  • Un canot effectue 50 m et stoppe. Le chien se tient à côté de son conducteur au bord de l’eau. Le conducteur lui tend l’extrémité d’un cordage. Le chien doit prendre le cordage dans la gueule et nager aussitôt vers le canot. Le plongeur appelle le chien sans jamais prononcer son nom.

    A l’arrivée du chien, à la hauteur du canot, le plongeur prend le cordage, le chien est remonté dans le canot.

C2 – Apport d’un cordage (de canot à canot)

  • Le chien embarque avec son conducteur sur un des deux canots. Les deux canots s’éloignent, parallèlement, d’environ 50m du rivage, à une distance de 50m l’un de l’autre et stoppent. Sur ordre du conducteur, le chien se saisit du cordage et nage aussitôt vers le deuxième canot. Le plongeur du deuxième canot appelle le chien, sans jamais prononcer son nom. A l’arrivée de ce dernier au canot le plongeur prend le cordage et monte le chien à bord.

C3 – Apport d’une bouée de sauvetage (départ de la rive)

  • Un canot embarque un plongeur et effectue 50 m. Il largue le plongeur qui simule l’affolement  et appelle le chien sans jamais prononcer son nom. Le canot s’éloigne et laisse le plongeur seul. Le chien se tient à côté de son conducteur au bord de l’eau. A l’initiative du chien ou au commandement de son conducteur le chien doit partir aussitôt, se saisir de la bouée, et nager vers le “noyé”. Le chien doit donner et lâcher la bouée au plongeur. Ce dernier se glisse dans la bouée et s’accroche au harnais. Le chien ramène le plongeur jusqu’au rivage.

C4 – Apport d’une bouée de sauvetage (départ canot, rapport au canot)

  • Le chien et le conducteur embarquent sur un canot, un plongeur sur un autre canot. Les deux canots s’éloignent d’au moins 50m du rivage et à une distance de 50 m l’un de l’autre. Le plongeur tombe à l’eau et simule l’affolement, appelle le chien sans jamais prononcer son nom. Le canot d’où est tombé le plongeur s’éloigne. Le conducteur lance une bouée de sauvetage entre le canot et le “noyé”. A l’initiative du chien ou au commandement de son conducteur le chien saute et nage jusqu’à la bouée, la prend dans la gueule et l’apporte au plongeur. le chien doit donner et lâcher la bouée au plongeur. Le plongeur se glisse dans la bouée et s’accroche au harnais. Le chien doit le ramener au bateau. Plongeur et chien sont remontés à bord.
     

Pour toutes les épreuves du Brevet de Sauvetage en Mer un seul essai est autorisé et seul le qualificatif EXCELLENT donnera lieu à l’obtention de ce dernier. Les concurrents qui le souhaitent pourront effectuer la totalité des exercices, même en cas d’échec à un exercice. Le chien sera Non Classé.

Notation – Répartition des points
Les épreuves du Brevet de Sauvetage en Mer seront notées sur 100 points répartis ainsi :

Épreuves Points
Natation 20 points
B1 – Rapport d’un nageur inanimé 20 points
Bx – Rapport 20 points
Cx – Epreuves d’Apport 20 points chacune

 

Ces points seront attribués pour chaque exercice selon le barème d’évaluation ci-dessus approuvé par la C.U.N.S.E. et diffusé par elle à tous les juges de sauvetage à l’eau.

Seul le qualificatif EXCELLENT donnera lieu à l’obtention du Brevet de Sauvetage en Mer